20 aout 2012
FORGE

Virus atavique en sommeil depuis longtemps, activé à l'école des ART & METIERS de Chalons-sur-Marne et réveillé sérieusement par la fête du fer de Plélan 2004.

Introduction |   forge à charbon d'inspiration médiévale  |  forge à charbon d'inspiration post médiévale  |  clouterie  |  affutage  |  matériel vu ailleurs  |  fours a gaz  |  brûleurs  | 


Introduction

les forgerons
enclume ancienne : 120 kg, entre XVIe et XIXe s., marquage : F#37
autre enclume récente
bigornes

>>>>>>>>>>>>>>>>> Comment on fabriquait les enclumes

Presque tout ce qui suit est en matériel de récupération, principalement "trottoirs de veille de monstres" et n'a rien coûté sauf de quelques outils, enclumes, vis, clous et autres petites quincailleries.



Sources




Forge médiévale complète - fête médiévale des Routiers, Vigneux 2009.
Vigneux 2009

De gauche à droite : enclume sur son billot avec support d'outils, coffre à outils, seau à eau, tonneau à charbon, foyer, soufflets.
>>>>>>>>>>>>>>>>> détails


Forge à charbon d'inspiration post médiévale

Vigneux 2009

>>>>>>>>>>>>>>>>> détails



Le secret de la tuyère

Pour obtenir une température élevée il faut un fort débit d'air. On l'obtient en laissant un espace annulaire entre le tuyau venat du soufflet et l'entrée de la tuyère qui est de profil cônique. Par effet Venturi, de l'air additif est entrainé par l'air du soufflet et renforce l'effet. De plus le tuyau d'amenée est ainsi refroidit et chauffe moins.



Etat de diverses tuyères après utilisation.





Clouterie
Une partie de la production commencée en avril 2007. Longueurs environ 40 mm.


Processus de fabrication du clou.
Chauffe de la tige, formage de la pointe sur la bigorne, tranchage du clou, en place sur la cloutière après réchauffage la pointe dégage dans le trou de l'enclume, matage de la tête, refroidissement brusque et éjection par choc.
Difficulté, la tête n'est pas toujours bien centrée.



Une cloutière.

La première en haut est en fer, les angles du trou se chanfreinent rapidement produisant un léger congé non gênant sous la tête du clou. Les deux autres sont en acier trempé, attention à la casse !


Fabrication de la cloutière :
Comme matière première on utilise de l'acier qui sera trempé ou pour se faire la main du fer qui donnera une durée de vie plus courte. Vieux burin, lime, pièces automobiles, ...
Pour une cloutière de 6 mm il faut un barreau d'environ 30 mm de large et 20 mm de haut voire même moins.
Détremper la pièce en la chauffant au rouge et en la laissant refroidir doucement.
1 - Percer un trou traversant au diamètre égal aux 2/3 du côté du clou sous sa tête.
2 - Agrandir le trou avec un lamage, cad percer à un diamètre supérieur de 2 à 3 mm sans déboucher et en laissant environ 6 mm au premier diamètre.
3 - Se procurer un poinçon pyramidal avec un angle au sommet de 12 à 14°. Une queue de lime fait bien l'affaire, on peut la meuler pour améliorer l'angle. Chauffer la partie percée au rouge et poinçonner coté petit diamètre, jusqu'à ce que l'entrée du trou carré ainsi obtenu ait la bonne dimension.
4 - On peut aussi poinçonner par le grand diamètre mais il faudra casser l'angle des quatre côtés du trou carré.
Tant qu'on y est, préparer plusieurs tailles de clous suffisamment espacés.
Tremper la cloutière à l'huile à l'emplacement des trous.
Bon lien pour faire ses cloutières et ses clous
.

Affutage

Banc à meuler.




Matériel vu ailleurs

Martinet visible à la citadelle de Belfort.

.



Forge au gaz

Ce mode de chauffage plus souple et est utilisé en dehors des présentations au public.

Fours

Briques libres disposées à la demande pour adaptation à la pièce à chauffer. Un grand volume est inutile et coûteux en énergie car 90 % des pièces à réaliser ont une petite section et ne nécessitent qu'un chauffage localisé sur une faible longueur
En briques de silice, performant mais fragile en briques de poterie, robuste


Brûleurs à gaz

AVERTISSEMENT IMPORTANT - DANGER

L'utilisation de gaz combustibles est très dangereuse et présente des risques importants pour les personnes et les biens. Les matériels présentés ci-dessous sont des prototypes réalisés par l'auteur à ses risques et périls. Il est formellement déconseillé de réaliser soi même un brûleur à gaz. L'auteur se dégage de toute responsabilité en cas de sinistre survenant suite à la réalisation de brûleurs identiques ou inspirés de ceux décrits ici.

CAUTION - DANGER

The use of fuel gases is very dangerous and present important risks for the people and equipments.
The devices presented below are prototypes constructed by the author at his risks and dangers. It is formally disadvised to make a gas-burner himself. The author releases himself from any responsibility in the event of disaster occurring following the realization for burners identical or inspired for those described here.



Description - Il s'agit de brûleurs à prémélange air/gaz, alimentés en butane ou propane par l'intermédiaire d'un détendeur dont la pression détendue a été augmentée par détarage pour permettre un débit de gaz plus important et d'un robinet suivi d'un injecteur prélevé sur un réchaud "à lessiveuse". L'ouverture et la fermeture de l'arrivée de gaz ainsi que le réglage de la puissance de chauffe se fait à l'aide du robinet progressif par modification du débit de gaz injecté.

A propos de la mesure de la pression du gaz - Certains indiquent souvent des valeurs de pression pour caractériser leurs brûleurs. La connaissance de la valeur de la pression et donc l'utilisation d'un manomètre indicateur est inutile puisqu'elle n'a pas de sens pour faire des comparaison entre brûleurs car elle chute en fonction de la caractéristique de débit de la partie du circuit situé en aval du détendeur, variable d'une réalisation à l'autre.

Modèle 1/2 " ou 15 x 21       

Modèle 3/4 " ou 21 x 27       

La bague en laiton destinée à régler l'admission d'air est disposée en admission maxi. D'ailleurs elle ne sert pas.